Accueil » Journal Médical »

Le sport utile contre les maladies cardiovasculaires et les cancers

Le sport utile contre les maladies cardiovasculaires et les cancers

Pratiquer une activité physique seulement le week-end reste bénéfique pour la santé. Selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), même de façon ponctuelle, cela permet de réduire les risques de mourir d'une maladie cardiovasculaire ou d'un cancer à un âge précoce

 

Selon une étude publiée dans le JAMA Internal Medicine, ceux qui font de l'exercice seulement le week-end réduisent leur risque de mortalité cardiovasculaire à un âge précoce de 41% par rapport aux participants totalement inactifs. Ce chiffre est identique pour les personnes faisant autant d'exercice, mais plus régulièrement durant la semaine.

Selon l'OMS une activité physique modérée demande un effort moyen et accélère sensiblement la fréquence cardiaque. Exemple : marcher rapidement, danser, bricoler, faire le ménage, etc.

L'activité physique intense demande un effort important, le souffle se raccourcit et la fréquence cardiaque s'accélère considérablement. Exemple : courir, grimper une côte à vive allure, faire des sports de compétition, etc.

Chez les personnes faisant moins des 150 minutes d'exercice minimum (2 heures et 30 minutes) recommandées par semaine par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ce risque est réduit de 37%, selon ces travaux publiés en ligne le 9 janvier 2017.

Le risque de décéder d'un cancer baisse de 18% chez les sportifs du dimanche qui font plus de 150 minutes d'activité physique, contre 21% chez ceux qui sont régulièrement actifs pendant la semaine. Il décline de 14% parmi ceux faisant de l'exercice seulement le week-end, mais pas le minimum requis, ont déterminé ces chercheurs qui ont étudié, pendant neuf ans, 64.000 personnes, au Royaume-Uni.

 

Les sportifs du dimanche voient des bénéfices directs sur leur santé

"Ces résultats sont très encourageants car être physiquement actif une ou deux fois par semaine est lié à un moindre risque de mortalité (précoce) même parmi les personnes dont le niveau d'activité est inférieur aux recommandations", relève Emmanuel Stamatakis, professeur à l'Université de Sydney, en Australie, et principal auteur de cette étude. Mais, ajoute-t-il, "pour obtenir des bienfaits optimum pour la santé, il vaut mieux faire plus d'exercice que ce qui est recommandé" par les autorités médicales.

L'OMS préconise au moins 150 minutes d'activité physique modérée par semaine, ou 75 minutes d'exercice vigoureux pour réduire les risques de mortalité précoce de toutes causes. Mais il n'y a pas de consensus parmi les experts sur la fréquence recommandée de ces activités, quotidiennes ou regroupées sur un ou deux jours.

Dans cette étude, 95% des personnes actives physiquement le week-end pratiquaient un sport et 31% faisaient de la marche à rythme modéré ou soutenu.

 

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr avec AFP

Rédigé le 10/01/2017


Autres articles

  Vêtements intelligents: Back on Track

Vêtements intelligents: Back on Track

Le travail de do IT before, son expertise est un job à plein temps. Voici l'histoire d'une découverte celle des vêtements intelligents "Back on Track". Lors d'un salon médical...
  Luminette

Luminette

Parmi les innovations de ces dernières années, la Luminette® est un grand pas dans le traitement de la dépression saisonnière, le blues de l'automne, mais aussi...
  LA FATIGUE CHRONIQUE

LA FATIGUE CHRONIQUE

  Une personne sur six cents serait touchée par la fatigue chronique, une maladie difficile à mettre en évidence qui cause une souffrance bien réelle. On la traite bien...
  DÉTRESSE RESPIRATOIRE: DE QUOI ON PARLE?

DÉTRESSE RESPIRATOIRE: DE QUOI ON PARLE?

  Toute sensation de respiration difficile est qualifiée de détresse respiratoire. L’essoufflement, pouvant aller jusqu’à la détresse respiratoire, dont...
  Le troisième oeil - Oeil de la connaissance

Le troisième oeil - Oeil de la connaissance

L'être humain a bien évolué depuis ses premier pas sur la Terre, gagnant par exemple une faculté à penser extrêmement dévelppée. Au cours de ces millions...
  Le sucre, ce nouveau poison

Le sucre, ce nouveau poison

Le sucre, ce nouveau poison On dit depuis longtemps que le gras est l’ennemi à abattre dans la guerre à l’obésité. Cependant, depuis quelques années,...